EXPO ARTISTES CONTACT A PROPOS

Myriam DRIZARD

Exposition :
> 24/05/2018-23/06/2018
> 12/09/2019-12/10/2019

Myriam DRIZARD est née en 1971, elle vit et travaille à Ornans. En 1992, elle est diplomée de l'école des Beaux Arts de Lyon, puis elle poursuit ses études à Strasbourg où elle sera diplomée de l'école des Arts Décoratifs en 1994. De nombreuses galeries montrent son travail : Galerie Utrillo, Maréchal,La Prédelle ... En 2011, le musée courbet lui consacre une grande exposition.

English -> Myriam DRIZARD was born in 1971, she works and lives in Ornans. In 1992, she graduated from the school of Beaux Arts in Lyon, and then pursued her studes in Strasbourg where she'd graduate from the school of Decorative Arts in 1994. Numerous galleries display her work : Utrillo Gallery, Maréchal, La Prédelle... In 2011, the Courbet Museum has dedicated to her a major exhibit.


Pour savoir si une oeuvre est disponible ou obtenir des renseignements, veuillez nous contacter par mail : gallery@bertrand-hassoun.com
English -> If you are interesting in a painting, you can contact us via this email : gallery@bertrand-hassoun.com


Exposition
12/09/2019 au 12/09/2019

Et voyez ces amants bibliques dont la forme a jailli sous « les doigts « de l’artiste cet été… Ce grand thème chez Cranach… traité ici comme aidé d’un bistouri du Quattrocento, qui extrayait la matière filandreuse du muscle et du tendon pour en comprendre les forces et les tensions… Deux amants « nus » comme le veut la tradition picturale, mais dont la nudité est seulement le prétexte à ce prodige, peut-être même à ce « miracle » ? Des corps nus tracés sur le papier du bout des doigts et jusqu’à l’extrémité des ongles, comme on creuserait la terre de ses propres mains pour en extirper la détermination de la vie à vivre. Une vie comme macérant dans cet étrange et mystérieux « paradis » avant de terminer son voyage sur le papier et de nous éprouver nous et nos idées du monde tangible. Cranach et son « paradis »… qui semblent répondre à « L’enfer » de Dante dans le même dessein et les mêmes proportions hallucinatoires. Goya, l’espagnol, est au milieu qui veille sur ses démons. Des bêtes, des monstres de chair sacrée, animés par une forêt extatique. Autant de corps foudroyés par la lumière blanche, comme saisis au flash lors de l’opération monotypique et de paysages pris dans la nuit ou plantés dans le crépuscule… Tout est au premier jour ou au dernier. Qui sait ?... L’adoration sans borne ou la fuite ? Quelle serait la prière à exhausser quand surviendra à nouveau l’aurore ?... Tout ici est à sa place, tout se tient. L’équilibre parfait. Les êtres, les pierres, l’eau, le ciel et les arbres se meuvent dans un fluide d’encre unique qui épand mille variations singulières sur le support. Le processus est sans limite et entièrement dévoué à la poésie du monde qui nous porte. La matrice de cette proposition créative dores et déjà au sommet de son intention si l’on pense également à ces quelques couleurs envoutantes qui parachèvent cette nouvelle et fantastique narration de l’artiste. Un silence parfait et si beau à entendre dans le tumulte écrasant du monde nouveau.

Exposition
24/05/2018 au 23/06/2018

« On y voit rien ! » s’exclamait Daniel Arasse. Chez Myriam au contraire, d’un seul geste sur la toile : on y voit tout !… Les corps en mouvement, la beauté du ciel, les blessures du temps et leurs reflets sur la peau. On y voit tout et mieux que partout ailleurs. Car en vérité Myriam ne peint pas, tant l’artiste se confond dans la peinture même… Le prodige d’un être-matière. Myriam Drizard : « femme-peinture » plutôt que « femme peintre ». Une symbiose parfaite.
Barque, acrylique sur papier 150x120cm. Prix : 1200 €.
Le cap, acrylique sur papier, 84x66cm. : Prix : 850 €
Pieta II,huile sur toile, 148x120cm. Prix : 3200 €
Rivage, huile sur papier 100x100cm. Prix : 2200 €
Fukushima, huile sur toile, 90x150cm. Prix : 3000 €
Pieta I, huile sur toile 152x122cm. Prix : 3200 €
La source, huile sur toile, 128x150cm. Prix : 3800 €